TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Propagande, populisme ou mémoire courte ? Plus sûrement corruption !

   

Le président de la République Française, Nicolas Sarkozy, affirme en Juin 2009, un engagement majeur de la France en faveur des énergies renouvelables, garantit une stabilité des tarifs "au moins jusqu'en 2012", puis annule tout le dispositif en 2010, en traitant les pionniers de spéculateurs.

 


L'état renie sa parole et déchire les contrats qu'il avait signés. Les entreprises font faillite par centaines, 20 000 licenciements à ce jour, tandis que les spéculateurs, notamment EDF Energies Nouvelles, voient leurs contrats confirmés par l'Etat.

 

Un engagement historique disait-il ? Une retard économique majeur vers le nouvel horizon énergétique territorial !

 

Pour autant, le lobby de l'atome est encore plus présent dans l'entourage de François Hollande que dans celui de Nicolas Sarkosy alors...

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article