TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Photovoltaïque : quand les Chinois nous offrent notre transition énergétique

526081 310119952398379 100002011313163 707902 1017202017 nDepuis 3 ans, les politiques ont justifié leur politique erratique sur le photovoltaïque, ayant conduit en 2 ans à diviser par 4 les tarifs d'achat de l’électricité photovoltaïque, en accusant les importations massives de panneaux photovoltaïques chinois.

 Dernière illustration de cette politique : l’annonce d’un arrêté photovoltaïque « made in Europe », procurant un bonus du tarif d’achat de l’électricité de 10% lorsque les modules proviennent d’Europe.

Le motif invoqué est le suivant : les tarifs d'achat favorisent essentiellement l’industrie chinoise et contribuent à dégrader la balance commerciale de l’hexagone. Les fabricants européens de panneaux solaires fourniraient en effet moins de 30% des panneaux installés en France, le reste venant essentiellement d’Asie.

La faillite de l’allemand Q-Cells et celle de notre français Photowatt ont même renforcé ce sentiment que la Chine est en train de prendre le contrôle de l’industrie du photovoltaïque. D’aucuns affirment que le gouvernent chinois soutient abusivement cette industrie par des subventions importantes et déloyales.

C’est probablement vrai. Est-ce pour autant une mauvaise chose ?

La Chine est en effet en train d’apporter sur un plateau à l’Europe la possibilité de réaliser sa transition énergétique vers une énergie décarbonnée. Elle est également en train de préparer la sienne. C’est inespéré.

En effet tout le monde sera d’accord pour reconnaître que la menace du réchauffement climatique impose à nos sociétés une mutation extrêmement rapide vers un système peu émetteur de CO2. Les efforts à faire sont d’une part, l’accélération de la sobriété énergétique de nos modes de consommation et de production de biens et services, et d’autre part, la mutation de notre infrastructure de production d’énergie vers les énergies renouvelables.

Or les chinois sont bien à l’origine de la baisse absolument drastique du prix des panneaux, passés de 3 € par Watt en 2007 à près de 60 c€ en 2012, soit une division par 5 en 5 ans !

Ce faisant le solaire est en train d’atteindre le graal de la « parité réseau », c'est-à-dire qu’il peut produire un kWh  solaire à un prix compétitif vis-à-vis des énergies « grises » voire même du nucléaire – dont par ailleurs on découvre les surcoûts invraisemblables, de construction (EPR de Flamanville), de retraitement des déchets, ou de démantèlement.

Nous avons donc maintenant la capacité, grâce aux chinois, de généraliser le solaire sur nos constructions, de façon indolore pour le consommateur – ou en tout cas moins douloureuse que la hausse annoncée et certaine de l’énergie fossile, qui se traduit d’ores et déjà concrètement sur le pouvoir d’achat de tout un chacun.

Et si cela se fait grâce à des subventions chinoises, nous devrions nous en féliciter plutôt que de crier à l’abomination !

Pour être complet, il est utile de rappeler quelques fondamentaux.

Premièrement, Photowatt avait déjà délocalisé l’encapsulation de ses modules en Chine de façon à tenter de sauvegarder sa compétitivité. Q-Cells, le géant allemand, avait fait de même. La suprématie de l’industrie photovoltaïque chinoise est devenue une réalité. Dont acte.

Deuxièmement, les panneaux chinois ne représentent plus que 30% de la valeur ajoutée d’un système photovoltaïque, les 70% restants (main d’œuvre de conception, d’installation, bureaux de contrôle, assureurs, câbles, onduleurs, éléments de protection AC et DC), étant essentiellement d’origine européenne.

Troisièmement, à ceux qui crieraient encore au loup lorsque l’on importe des panneaux solaires chinois, il est bon de rappeler que la quasi-totalité des matériels informatiques, téléphones portables, ou encore jouets, dont nous sommes tous friands, est fabriquée en Asie. Or si la production d’énergie décarbonnée à un coût compétitif est devenue un enjeu vital pour le monde entier, dont on ne saurait se passer sans provoquer une catastrophe planétaire sans précédent dans l’histoire de l’humanité, les jouets, téléphones ou ordinateurs ne représentent à ma connaissance pas le même caractère vital, en tout cas leur coût n’est pas un élément capable de remettre en jeu le sort de l’humanité.

Laissons donc les chinois fabriquer des panneaux photovoltaïques et d’autres énergies renouvelables à faible coût et intéressons nous plutôt de savoir comment relocaliser en Europe une industrie de biens de consommation aujourd’hui en perdition.

Car en fin de compte, ce qui est en train de se jouer, c’est aussi et surtout le fait que la Chine va dans les années qui viennent accélérer sa propre mutation énergétique vers le solaire, avec des ambitions en matière de production d’électricité solaire à faire pâlir de jalousie l’Allemagne et même l’Europe.

Une chose est aujourd’hui certaine : les solutions de lutte contre le réchauffement climatique viendront de Chine. Ou ne viendront pas. 

Que vive donc l’industrie photovoltaïque chinoise !

Article d'Antoine Nogier, Polytechnique, Président Fondateur de Sun'R

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article