TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Le Japon décide que le nucléaire n’est pas une énergie d’avenir

Energie / Climat | le 14 September 2012

 

Le gouvernement japonais a annoncé vendredi l’arrêt progressif de la production nucléaire d’ici 18 ans, dix-huit mois après l’accident de Fukushima qui a provoqué une catastrophe sans précédent dans le monde depuis Tchernobyl il y a 25 ans.

 

 

 

Le Japon devient ainsi le troisième pays, après l’Allemagne et la Suisse à annoncer une sortie du nucléaire.
 

La sortie du nucléaire civil a été mise en place en Autriche (1978), Suède (1980), Italie (1987), Belgique (1999 . En l’état actuel des textes la première phase de sortie est programmée pour 2015), Allemagne (qui a commencé en 2000 et confirmé en 2011) et Suisse (2011). Le 13 juin 2011, 25 millions d’Italiens (94% des votants) ont dit “non” à la relance du nucléaire, voulue par Silvio Berlusconi.

 

Le réacteur nucléaire de la centrale de Santa Maria de Garoña (Province de Burgos, au nord de l’Espagne) cessera son activité en juillet 2013, l’exploitant ayant renoncé jeudi 6 septembre 2012 à demander le renouvellement de son autorisation.

 

Le nucléaire est il vraiment une énergie d’avenir ?

 

Le nombre de pays choisissant de s’engager sur la voie de sortie du nucléaire ne fait que croître.

Des réacteurs nucléaires belges sont fissurés et arrêtés d’urgence, le nouveau gouvernement québécois confirme sa volonté de fermer la centrale nucléaire de Gentilly-2. La Japon annonce sa sortie du nucléaire….

 

Données cartographiquesDonnées cartographiques ©2012 MapLink, Tele Atlas - Conditions d'utilisation
Données cartographiques
Données cartographiques ©2012 MapLink, Tele Atlas
Données cartographiques ©2012 MapLink, Tele Atlas
Plan
Satellite

Voir la carte en grand format

 

légende de la carte :

 

 

Pays ayant annoncé une sortie du nucléaire
Pays en chemin vers une sortie du nucléaire
Pays partisan du statu quo
Pays s’engageant dans le nucléaire

 

Mais la France reste le village gaulois en résistance … La presse internationale relaie aujourd’hui que la France met la pression aux autorités japonaises pour essayer de sauver son contrat sur le retraitement des déchets nucléaires. Le jour même de l’annonce de la sortie du nucléaire au Japon et le jour de l’ouverture de la conférence environnementale.

 

À l’heure où les décisions de sortie du nucléaire ou de fermetures de centrales sont légion dans le monde, notre pays, le plus nucléarisé au monde, se pose encore la question de faire des travaux et de dépenser des millions d’euros sur une centrale qui doit fermer fin 2016 selon les propos de François Hollande ce matin-même.

 

Avec le nucléaire on ne ménage pas la chèvre et le choux : soit on en sort et on évacue le risque soit on y reste et on accepte le risque. 

 

link

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article