TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

La filière solaire mise sur François Hollande

Photovoltaïque

 

Les professionnels français de l'énergie solaire misent sur François Hollande pour relancer une filière qui a perdu près de la moitié de ses emplois en deux ans.


Réunis mercredi à Marseille pour l'ouverture des Journées européennes du solaire, ils souhaitent voir le nouveau président prendre des mesures législatives avant la fin de l'été.


"Il faut prendre des décisions législatives durant l'été parlementaire pour que le marché redémarre en septembre. Il y a urgence. Depuis décembre 2010, on a perdu près de la moitié des 25.000 emplois de la filière", a affirmé à Reuters le président de l'association professionnelle Enerplan, Thierry Mueth.


Le gouvernement a déclaré fin 2010 qu'il voulait mettre fin à ce qu'il a appelé "une "bulle spéculative" dans le secteur de l'énergie solaire, en diminuant le nombre de projets et en abaissant les tarifs de rachat par EDF de cette énergie renouvelable.


"La filière a besoin d'une visibilité au moins sur cinq ans car les investissements sont lourds. Il faut aussi une visibilité sur les tarifs d'achat et la mise en place d'un cadre légal par l'Etat pour maîtriser la production et les coûts", a plaidé Thierry Mueth.


Les évolutions technologiques devraient faire diminuer dans les prochaines années le coût de la production d'électricité photovoltaïque. Les professionnels tablent sur un coût de 16 centimes pour la production du kwh contre 20 centimes actuellement.


"Il faut mettre les tarifs d'achat à plat pour une rentabilité à un chiffre. On n'est pas là pour faire des fortunes. Ceux qui le pensaient n'ont pas survécu à la traversée du désert que l'on vient de nous imposer", dit encore le président d'Enerplan.


La filière escompte ainsi une rentabilité moyenne du secteur autour de 8%.


Pour le lancement des Journées européennes du solaire, les organisateurs ont célébré la première escale française du catamaran MS Tûranor PlanetSolar, qui vient d'achever un tour du monde uniquement propulsé à l'énergie solaire.


"C'est le premier véhicule solaire à avoir bouclé un tour du monde. Il n'y a aucune technologie à bord que l'on ne puisse retrouver dans la vie quotidienne des utilisateurs de photovoltaïque", assure le chef de l'expédition, Raphaël Domjan.


Parti le 27 septembre 2010 de Monaco, le Tûranor PlanetSolar a rallié son port de départ le 4 mai dernier après avoir traversé trois océans et une dizaine de mers, parcouru environ 60.000 kilomètres et touché 28 pays en 585 jours de voyage.

 

Article : Les Echos du 09 mai 2012

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article