TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Japon : Tepco ferme son dernier réacteur nucléaire en activité, le pays ne comptant plus désormais qu’un réacteur actif sur 54

Tepco ferme son dernier réacteur nucléaire en activité au Japon

 

 

La compagnie électrique Tepco a arrêté son dernier réacteur nucléaire encore en activité au Japon, le pays ne comptant plus désormais qu’un réacteur actif sur 54 

 

Tokyo Electric Power Co, compagnie responsable de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi au Japon, a fermé son dernier réacteur nucléaire en activité lundi pour une opération de maintenance de routine.

 

Le Japon ne compte donc plus qu’un seul réacteur nucléaire en activité pour alimenter son réseau électrique. 

 

Le Japon possède 54 réacteurs nucléaires, mais depuis le tsunami de Mars 2011, qui a provoqué la pire crise nucléaire que le monde ait connue depuis 25 ans, le pays n’a pas pu redémarrer ses  réacteurs, dont l’activité avait été stoppée pour des opérations de maintenance de routine, du fait des craintes de la population japonaise.  

  

 

Le Japon vit actuellement pratiquement sans nucléaire, et l’impact sur la vie quotidienne est invisible 

 

 

Tepco a déclaré que la fermeture du réacteur n°6 de la centrale de Kashiwazaki Kariwa, la plus grande centrale nucléaire au monde, laissait craindre un effondrement électrique cet été lorsque la demande enregistrera un pic lié aux températures élevées (et à l’utilisation des climatisations).

 

« Nous devrions être capable de fournir des approvisionnements stables en électricité pour l’instant, mais nous aimerions demander aux usagers de continuer à économiser l’électricité » a déclaré le Président de Tepco, Toshio Nishizawa dans un communiqué publié dimanche.

 

« Nous étudions actuellement avec attention la situation des approvisionnements en électricité pour cet été. Nous ferons de notre mieux pour fonctionner de manière stable et pour maintenir nos installations » a-t-il ajouté.

 

Des 17 réacteurs dont Tepco est propriétaire, qui fournissent de l’électricité à près de 45 millions de personnes dans la zone de Tokyo, les six qui se trouvent dans la centrale de Fukushima Daiichi sont arrêtés, ainsi que les quatre de la centrale voisine de Fukushima Daini.

 

A la centrale de Kashiwazaki Kariwa, qui se trouve à 230 kilomètres au nord-ouest de Tokyo, trois réacteurs n’ont toujours pas été redémarrés après un séisme d’une magnitude de 6,8 sur l’échelle de Richter qui a ébranlé la région en juillet 2007. Quatre autres sont en maintenance.

 

Le dernier réacteur en activité du pays, le réacteur n°3 de la centrale de Tomari de la compagnie Hokkaido Electric devrait être arrêté à partir du 5 mai prochain pour une opération de maintenance.

 

Le Directeur Exécutif de Greenpeace Japon, Junichi Sato a déclaré que le pays pourrait survivre sans se dépêcher de redémarrer son secteur nucléaire.

 

« Le Japon vit actuellement pratiquement sans nucléaire, et l’impact sur la vie quotidienne est invisible » a déclaré Junichi Sato.

 

« Avec une gestion correcte de la demande, des mesures d’efficience énergétique et davantage de modes de production de secours, il n’y a pas d’excuse pour des pénuries dans les mois à venir, et il n’est absolument pas nécessaire de se dépêcher pour redémarrer les centrales nucléaires ».

 

Pour éviter les coupures d’électricité, les compagnies ont redémarré leurs vieilles centrales à carburants fossiles et ont demandé aux usagers d’économiser l’électricité, mais certains analystes affirment que le Japon sera victime de pénuries d’électricité cet été, surtout si les centrales électriques vieillissantes ne sont pas entièrement fiables.

 

Le processus consistant à redémarrer les réacteurs nucléaires arrêtés est encore flou. L’Agence pour la Sûreté Nucléaire du Japon et d’autres groupes d’experts étudient actuellement les résultats des tests de stress soumis par les compagnies, évaluant comment les réacteurs supportent des évènements extrêmes tels que des tsunamis ou des séismes. 

  

Une fois qu’ils auront donné leur approbation, les ministres pourront donner le feu vert pour le redémarrage de ces réacteurs, mais seulement après avoir jugé qu’il y avait suffisamment de soutien au niveau local et public. Les derniers sondages montrent que c’est loin d’être le cas…

  

 http://www.actualites-news-environnement.com/28155-Tepco-reacteur-nucleaire-Japon.html


  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article