TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

ESTER (Electricité Solaire des TERritoires) : L'électricité solaire compétitive des régions !

poitou-copie-1.pngLancement d’ESTER (Electricité Solaire des TERritoires)


L’électricité solaire compétitive
  
Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et abordable ?


Ester, le premier dispositif durable pour le développement de l’énergie solaire sur les territoires est un modèle unique, stipulant pour la première fois en Europe, une vente de gré à gré d’électricité solaire à un prix très compétitif.


Unique par l’association de ses acteurs


Ester (Electricité Solaire des TERritoires) est le fruit d’une alliance unique entre 3 parties : la Région Poitou-Charentes, Solairedirect et Sorégies.


La Région Poitou-Charentes a fait le choix, dès 2008, de soutenir la filière photovoltaïque, avec le Plan Solaire Régional puis, en mars 2011, avec la mise en place d'un fonds de résistance photovoltaïque, et le soutien à l'émergence d'un nouveau modèle économique de production d'électricité solaire à prix de marché.


Solairedirect est le premier opérateur photovoltaïque indépendant en France. La société a développé un modèle intégré original permettant d’industrialiser chacune des grandes étapes conduisant à la production et la vente d’électricité solaire. Grâce à la très forte baisse des coûts des systèmes photovoltaïques, Solairedirect se positionne aujourd’hui comme un pionnier de l’électricité solaire compétitive.


Sorégies, entreprise locale d’électricité de la Vienne, dans un souci de diversification de ses sources d'accès à l'énergie, a souhaité disposer d'un approvisionnement en électricité solaire à prix de marché sur le long terme.


Unique par son modèle contractuel de vente d’électricité solaire compétitive


Le modèle ESTER est le fruit de la mise en commun de la vision de la Région, du modèle intégré de Solairedirect et du savoir-faire de Sorégies. Dans un contexte de baisse des tarifs d’obligation d’achat, ce modèle innovant pour une électricité solaire locale et compétitive insuffle une nouvelle dynamique, véritablement durable, à la filière solaire en France.


Un modèle durable, car en combinant des coûts de construction optimisés et des coûts de financement bas sur le long terme, il permet dans un contexte d’augmentation du prix de l’énergie de fournir dès à présent de l’électricité solaire à un énergéticien à un prix inférieur à celui payé par les particuliers en France.


La Région Poitou-Charentes et Solairedirect ont constitué une Société d’économie mixte, SEM Ester (détenue à 65 % par la Région Poitou-Charentes et à 35 % par Solairedirect). Son objectif est de promouvoir la création de parcs solaires, donner accès à une électricité décentralisée, propre et compétitive et contribuer au développement industriel de la région. La SEM investira notamment dans les parcs solaires construits sur le territoire régional.


Sorégies et Solairedirect ont conclu un contrat cadre d’approvisionnement en électricité d’origine solaire photovoltaïque (CVES ou Contrat de Vente d’Electricité Solaire) à long terme (30 ans), prévoyant la réalisation entre 2012 et 2015 de parcs solaires pour une puissance totale de 60 MW, développés et construits par Solairedirect, principalement en Poitou-Charentes. C’est la première fois en Europe qu’il est stipulé une vente d’électricité solaire de gré à gré.


Ce contrat se fonde sur un mécanisme de prix avec un niveau initial aux alentours de 108€/MWh, soit un tarif d’ores et déjà inférieur au prix payé par les particuliers en France pour leur électricité (120€/MWh). La production des installations représentera la consommation d’électricité d’environ 50 000 personnes dans le département de la Vienne.


Avec ce partenariat innovant, la Région, Sorégies et Solairedirect visent à fournir une électricité solaire locale compétitive, soutenant le développement d’une filière industrielle régionale, développant l’autonomie énergétique du territoire et facilitant la maîtrise des coûts de l’électricité dans la durée.


Les principes fondateurs d’ESTER


Ce modèle repose sur 3 principes clés :


Un kWh solaire amené à devenir plus compétitif qu’un kWh traditionnel. D’un côté, le coût de fabrication des modules photovoltaïques qui ne cesse de baisser (-80% ces 3 dernières années), de l’autre, une hausse du coût de l'électricité produite à partir des énergies traditionnelles (pétrole, gaz ou nucléaire) aujourd’hui inéluctable.


Un engagement de territoires durable (30 ans), comme la région Poitou-Charentes, qui intègrent dès aujourd'hui une part significative d'électricité solaire dans leur mix énergétique.


Un engagement de distributeurs comme Sorégies qui intègrent dans leur approvisionnement cette énergie solaire compétitive sur la durée.


A propos de la Région Poitou-Charentes


La Région Poitou-Charentes a fait le pari de l’excellence environnementale et de la croissance verte, en développant massivement les énergies renouvelables. Cette démarche répond à un double enjeu :

 
- enjeu écologique : tripler la production régionale d’énergie renouvelable d’ici 2020, en la portant à 26% des consommations régionales d’énergie finale, en parallèle d’un objectif de réduction des consommations d’énergie de 20% ;
- enjeu économique : miser sur les nouvelles filières vertes, sources de création d’activités et d’emplois ; maîtriser les prix de l’énergie à long terme pour améliorer la compétitivité des entreprises installées en région et pour le pouvoir d’achat des ménages.


logo-solaire-direct.gifA propos de Solairedirect, 1er opérateur indépendant d’électricité solaire


Solairedirect est le premier opérateur français entièrement dédié à l’électricité solaire. Présent sur l’ensemble de la chaîne photovoltaïque, Solairedirect aura construit et exploitera plus de 120MW à fin 2011. Solairedirect met en oeuvre des offres clé en main (développement, ingénierie, installation, financement et exploitation) et propose des services innovants pour garantir à ses clients des solutions photovoltaïques performantes au meilleur coût. Présente sur quatre continents, le groupe compte 300 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de plus de 210 millions d’euros (Fin 2011).


A propos de Sorégies, 4ème distributeur français d’électricité (voir ci-dessous la présentation de Sorégies)

 


 
Pour mieux comprendre le modèle ESTER


En quoi le mécanisme ESTER est-il innovant ?


Dans un contexte de crise du solaire avec des tarifs d’achat de l’électricité en baisse, voire voués à disparaître, et qui ne permettent plus actuellement d’assurer l’attractivité économique des installations de production d’électricité solaire en France, le mécanisme ESTER accompagne l’industrie vers un système économiquement viable sans subvention avec une valorisation de l’électricité photovoltaïque à prix de marché.


Comment s’effectue la transition vers une électricité solaire à prix de marché ?


Dans un premier temps, l’électricité produite par le parc solaire sera vendue au tarif d’Obligation d’Achat en vigueur (pour une durée maximum de 20 ans), soit par exemple 108 €/MWh pour un parc solaire dont le développement serait achevé au deuxième trimestre 2012. Dans un second temps, la hausse attendue des prix de gros de l’électricité conduisant ces prix à dépasser le niveau des tarifs d’achat, l’électricité solaire sera enlevée par Soregies à un niveau légèrement inférieur à celui du prix de gros.


Par exemple, dans le cadre du scénario central de croissance des prix de gros de l’électricité (consensus des énergéticiens et des analystes) qui se situe autour de 4,5%/ an, il sera plus rentable, pour un parc solaire installé en 2013, de vendre l’électricité sur le marché plutôt qu’au tarif de l’OA (108€/MWh) à partir de 2025.


Le contrat d’approvisionnement stipule, ce qui constitue une première en Europe, que la fourniture d’électricité s’effectuera alors hors obligation d’achat.


Quel est l’intérêt pour un opérateur de marché tel que Sorégies ?


ESTER permet aux opérateurs de marché de rééquilibrer leur mix énergétique, de bénéficier d’une électricité verte plus compétitive que celle du marché (et ce, sans investissement initial) mais surtout, via le système de protection mis en place, de se couvrir contre une forte hausse des prix de l’électricité, sécurisant ainsi leur portefeuille de clients.

 

Quel est le rôle de la Région ?


La Région Poitou-Charentes a créé un environnement favorable au développement de l’énergie solaire avec notamment la mise en place du Fonds énergie solaire régional, doté de 400 M€ et financé par la Banque Européenne d’Investissement et le Crédit Agricole.


Dans le cadre du projet ESTER, elle joue un rôle d’incubateur et d’accélérateur de projets solaires, qui illustre bien les enjeux qu’elle poursuit :


-elle co-investit (à hauteur de 65%), en partenariat avec Solairedirect (35%), dans les centrales solaires développées sur son territoire,
-elle soutient le développement de la filière industrielle régionale,
-elle veille à rapprocher les zones de production d’électricité des zones de consommation, pour créer des emplois non délocalisables,
-elle veille, dans un contexte de hausse des prix de l’énergie, à éviter l’emballement des prix pour préserver le pouvoir d’achat des habitants.

 

Quel est l’intérêt de la présence d’une SEM et quel est son rôle ?


L’objectif de la SEM, société territoriale de production d’électricité solaire, est de promouvoir la création d’installations de production d’électricité solaire photovoltaïque et la constitution d’une filière locale pour obtenir de l’électricité verte, se donner accès à une électricité compétitive et peu carbonée, et contribuer au développement du territoire.


Elle garantit le caractère territorial du modèle ESTER (a minima 50% des projets localisés en région Poitou-Charentes), et reflète le leadership de la région dans la conduite des projets. Par ailleurs, il s’agit d’un outil de financement, la SEM pouvant investir en capital, direct ou indirect (via une holding), dans des sociétés projets qui développeront des projets solaires installés en région.


Quels sont les bénéfices attendus par la Région ?


En facilitant la mise en oeuvre du projet ESTER, la Région accélère le développement de sources d’énergies vertes compétitives sur son territoire. Par ailleurs, le mécanisme ESTER permet la sauvegarde et la création d’emplois locaux grâce à la construction et l’opération de parcs solaires, en majorité situés en Poitou-Charentes (a minima 30 MWc d’ici 2016) et la construction prévue d’une usine de modules à Châtellerault par Solairedirect au regard des volumes.


Quel est le rôle de Solairedirect ?


Solairedirect a développé un modèle industriel intégré, depuis la production de modules photovoltaïques jusqu’aux services de réseaux intelligents, qui lui permet d’être particulièrement compétitif et de pouvoir réduire l’ensemble des coûts (notamment d’ingénierie, de construction, d’exploitation et de financement). Ce modèle d’affaires innovant permet de garantir l’attractivité économique du modèle ESTER. Par ailleurs, Solairedirect participe au financement des sociétés projets via des co-investissements.


Quels sont les mécanismes de protection mis en place pour l’ensemble des parties prenantes ?


Le système du tunnel de prix (définition d’un floor et d’un cap) qui a été mis en place par les parties prenantes permet de garantir la ‘bancabilité’ du projet (Floor) et offre aux énergéticiens une couverture contre une forte hausse des prix de l’électricité (Cap)

 

ESTER, l'électricité solaire compétitive

 

 

 

 

SOREGIES.jpgSOREGIES :

 

Sorégies est une société anonyme d'économie mixte locale de distribution d'électricité et de gaz créée le 1er janvier 2004 et basée à Poitiers. Elle est aujourd'hui la première ELD française par son chiffre d'affaires.

 

Historique

Le regroupement des syndicats intercommunaux

Au lendemain de la première guerre mondiale, le département de la Vienne entra dans la grande aventure électrique. Alors que les grandes villes s'électrifiaient (Poitiers, Châtellerault, Montmorillon...), les campagnes furent laissées de côté1.


Pour bénéficier également des bienfaits de l'électricité, certaines communes décidèrent de se regrouper en Syndicats intercommunaux d'électricité2 (qui créeront par la suite leur propre Régie d'électricité) afin de construire et de développer les réseaux électriques :

  • le Syndicat Intercommunal d'Electricité du Département de la Vienne (SIEDV) créé en 1923 et qui rassemble 242 communes
  • le Syndicat Intercommunal de Mauprévoir (SIM) créé en 1922 et qui rassemble 16 communes
  • le Syndicat Intercommunal d'Electricité de la Région de Civray (SIERC) créé en 1922 et qui rassemble 11 communes.

Ne pouvant pas exploiter directement le réseau électrique, le SIEDV décide de créer en 1925 la Régie du Syndicat Intercommunal d'Electricité du Département de la Vienne (RSIEDV) qui a pour mission première l'électrification des membres du Syndicat3. En 1926, le dernier chef-lieu de communes étant alimenté, la Vienne devient alors avec la Seine, le seul département français dont toutes les communes sont électrifiées4.

La loi de nationalisation de 1946

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, la nécessité de reconstruire rapidement les infrastructures amène l'État à nationaliser les grands moyens de production grâce à une loi de nationalisation de 1946. Cette loi a profondément modifié l'organisation électrique et gazière française. Les entreprises privées ont été nationalisées sous Électricité de France, tandis que parallèlement était créé Gaz de France.


Cette loi confie la distribution d'électricité et de gaz aux établissements nationaux EDF et GDF, tout en laissant le choix aux Syndicats de conserver leurs Régies autonomes ou de les céder à EDF.


Le Syndicat Intercommucal de la Vienne décide alors de conserver sa Régies qui garde pour mission le développement et l'entretien des réseaux d'électricité dans les communes adhérentes.


De 1946 à 2001, la Vienne compte alors quatre fournisseurs d'électricité sur son territoire :

  • EDF qui assure la distribution sur les villes les plus importantes du département ainsi que sur celles du Syndicat de la Gartempe
  • la Régie du SIEDV (non nationalisée)
  • la Régie du SIM (non nationalisée)
  • la Régie du SIERC (non nationalisée)

1998, changements de noms et création de la REGV

En 1998, le Syndicat décide de diversifier ses activités et se lance notamment dans la distribution de gaz. Il devient alors le Syndicat Intercommunal d'Electricité et d'Equipement du Département de la Vienne (SIEEDV).


Il crée la Régie d'Équipement et de Gaz de la Vienne (REGV), chargée de mettre en œuvre et d'exploiter les activités nouvelles : distribution de gaz naturel et propane, câble, systèmes d'information géographique,...


Parallèlement, la RDIEDV devient la Régie d'Electricité De la Vienne (REDV).

2001, regroupement des trois Régies et naissance de Sergies

En 2001, les Syndicats de Mauprévoir (SIM) et de Civray (SIERC) adhèrent au SIEEDV. Les activités des Régies de ces deux Syndicats sont reprises par la Régie d'Électricité de la Vienne.


La volonté du Syndicat de s'impliquer dans une démarche de développement durable ainsi que de disposer d'un outil de production décentralisé l'amène à créer Sergies, société de production décentralisée d'électricité, afin d'exploiter notamment le potentiel éolien local.

2004, la Régie devient Sorégies

Avec l'ouverture progressive des marchés d'énergies à la concurrence, et en application des nouvelles dispositions réglementaires, toutes les Industries Électriques et Gazières doivent opérer une séparation managériale des activités de gestion des réseaux de distribution et des activités de fournitures d'énergie aux clients.


C'est la raison pour laquelle au 1er janvier 2004, les Régies d'Electricité, d'Equipement et de Gaz de la Vienne ont fusionné pour se regrouper sous la forme d'une Société Anonyme d'Economie Mixte Locale (SAEML) dénommée Sorégies (SOciété de Revente d'Electricité et de Gaz, Investissement, Exploitation et Services).


Le débat au sein du comité du syndicat intercommunal a porté sur le risque de dériver vers une structure privée qui ouvrirait progressivement son capital à des intérêts privés dont les objectifs diffèreraient de ceux des communes garantes du service public. Les assurances les plus définitives ayant été données aux délégués des communes à cet endroit par la direction du syndicat, une très large majorité s'est prononcée pour la création de la SAEML.


Cette décision historique du Syndicat Intercommuncal d'Electricité et d'Equipement du Département de la Vienne permet aux deux entreprises de poursuivre leur mission de distribution publique d'énergies dans un marché français en cours de libéralisation.


Depuis cette date, une nouvelle phase est donc lancée. L'entreprise change d'image et de logo et conserve ses deux missions principales qui sont la gestion des réseaux de distribution d'électricité et de gaz et la fourniture d'énergie.


En 2008, la direction du syndicat parvient à convaincre une majorité très importante des délégués des communes qu'il serait avantageux d'investir dans la construction d'une unité de production d'électricité afin de sécuriser l'accès à une source de courant pour un prix stabilisé, alors que la libéralisation du marché rend incertaines les conditions d'accès futures. C'est chez l'électricien Eon que doit se faire cet investissement qui serait payé par 10 % des parts de la SEML Sorégies. L'entrée d'une société privée, qui plus est étrangère, dans le capital de la société du syndicat soulève alors les plus vives réserves d'un petit nombre de délégués au premier rang desquels les élus communistes. Cependant, le principe de cette opération ayant été avalisé, l'investissement est réalisé. Mais Eon décide finalement fin 2008 de ne pas entrer dans le capital et Sorégies doit trouver les fonds de l'investissement auprès d'un pool bancaire. L'endettement de la société est alors fortement accru. De façon connexe, une démarche de fusion avec l'entreprise publique du département voisin est stoppée par cette dernière au motif que l'investissement dans la Vienne n'avait pas été rendue publique. S'ensuit une longue procédure judiciaire à l'initiative du syndicat de la Vienne. C'est tout le processus de rapprochement des deux syndicats et de leurs entreprises qui est arrêté, ce qui choque de très nombreux délégués. Sans issue, cette voie judiciaire est finalement abandonnée le 30 juin 2011 au cours d'un vote de l'assemblée du syndicat de la Vienne, qui suit celle des Deux Sèvres ayant voté le même protocole d'accord quelques semaines auparavant5.

2005, création d'Alterna

Alterna a été créée le 30 juin 2005 par Gaz Électricité de Grenoble et Sorégies pour fournir de l'électricité et/ou du gaz en dehors de notre zone de déserte historique. Depuis, une vingtaine d'ELD (Entreprise Locale de Distribution) les a rejoint

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article