TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

EDF : Les dessous du scandale

Je viens d'achever la lecture de l'ouvrage de Pascal Perri publié aux éditions JC Lattès : "EDF, les dessous du scandale". A la veille de la discussion d'un projet de loi essentiel, j'ai trouvé ce livre intéressant.

 

La thèse de Pascal Perri, professeur d'économie, ainsi résumée, tient à ce qu'EDF a mal géré la rente du nucléaire et a préféré investir à l'étranger, dans le salaire de ses dirigeants, dans un comité d'entreprise généreux avec le syndicat maison plutôt que de provisionner pour l'entretien du réseau, le renouvellement du parc nucléaire et se préparer à la libéralisation du marché de l'électricité.

 

Ecrit dans un style dynamique et nerveux, le livre prend fait et cause pour le consommateur qui serait la première victime de cette situation, à la veille d'une augmentation des prix de l'électrivité que Pascal Perri juge inéluctable. Les fournisseurs alternatifs, comme Powéo sont aussi dans l'attente du vote de la loi NOME de manière à ce que le droit électrique français soit enfin compatible avec le droit de l'Union européenne.

 

L'auteur souligne également l'importance à la fois énergétique, écologique, économique et démocratique de la question de l'électricité. L'accès à l'électricité est certainement l'un des fondements du pacte républicain et sa gestion en dit long sur l'organisation de notre société.

 

Dommage cependant que le livre soit si court de telle sorte que la problématique énergétique est surtout étudiée du point de vue du consommateur et pas davantage du point de vue écologique ou géopolitique par exemple. En toute hypothèse, ce livre est le bienvenu alors que la discussion parlementaire du projet de loi NOME (Nouvelle organisation du marché de l'électricité

 

Comment EDF risque de nous imposer des tarifs trop élevés et rêve d’étouffer la concurrence émergente.

 

Officiellement, EDF a aujourd’hui renoncé à son monopole au profit d’une saine concurrence. En réalité, elle déploie des efforts considérables pour maintenir un monopole qui joue contre nos intérêts. En étouffant les nouveaux entrants, EDF nous prive des innovations qui naissent quand les marchés sont ouverts. Nous avons toujours nos vieux compteurs alors que des compteurs intelligents permettant de réaliser des véritables économies auraient dû voir le jour.


A force de lobbying, EDF apparaît comme le défenseur du consommateur contre de nouveaux entrants qui ne rêveraient, selon elle, que d’augmenter les tarifs. La réalité est inverse. En tant qu’opérateur historique, EDF bénéficie du monopole de la rente nucléaire financée par l’impôt. Une rente qu’elle n’a pas du tout l’intention de rendre à son légitime bénéficiaire : le contribuable. C’est, entre autres, ce scandale que ce livre dénonce. Ce livre montre de façon claire comment l’ancien monopole s’y prend pour garder ses positions dominantes notamment en jouant sur la complexité des modalités tarifaires. Démontant la rhétorique anticoncurrentielle entretenue avec soin, il dénonce et expose les mécanismes qu’EDF a mis en place pour barrer la route à toute concurrence tout en faisant croire au grand public qu’elle les protège.


Au moment où le parlement s’apprête à voter une nouvelle loi mieux adaptée au marché concurrentiel, l’arrivée d’Henri Proglio à la tête d’EDF n’a rien de rassurant. M. Proglio garde un pied chez Veolia et rêve de réintégrer une partie d’AREVA. Sa stratégie fait planer le risque d’un « Gazprom » à la française qui réunirait la production et la distribution des fluides en France. Les consommateurs doivent savoir ce qui se trame en coulisse. A défaut, ils prennent le risque de demeurer des vaches à lait au service des intérêts d’industriels, pilotés d’en haut et parés des vertus de l’intérêt général.

 

http://www.arnaudgossement.com/archive/2010/05/23/2f2687544870d79d2b819786bddf167a.html

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article