TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Des experts de l'énergie faussement indépendants ...

Comment expliquer la surdité de la classe politique sur la décentralisation énergétique et sur les énergies propres ?

 

Le lobby nucléaire français est installé à tous les postes clés. Son noyau, le fameux corps des Mines, d'où sont issus les meilleurs élèves de Polytechnique ou de l'ENA. Or, dans une France ou l'élitisme républicain est toujours de mise, ce sont eux qui verrouillent les postes de la haute fonction publique ou ceux des grandes entreprises nationales.

 

Luc Oursel, le président d'Areva, Pierre-Franck Chevet, le directeur de l'énergie et du climat au ministère de l'Ecologie, ou encore André-Claude Lacoste, le président de l'Autorité de sûreté nucléaire, sont tous issus du même sérail.

 

Leur objectif : le prolongement de la durée de vie du parc nucléaire. Rien de mieux qu'une étude réalisée par des experts indépendants pour contrecarrer les scénarios de sortie de l'atome de certaines associations vertes, négaWatt en tête. Les conclusions du rapport de la commission Energies 2050, remises à Eric Besson en février 2012, sont tombées pilepoil.

 

Problème : à la tête de cette commission, on trouve deux personnalités clairement affichées pronucléaires, Claude Mandil, l'ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie, et Jacques Percebois, professeur à l'université de Montpellier. On peut rajouter à ces experts "indépendants" sur l'énergie, le VRP du nucléaire Jean Marc Jancovici ou encore Claude Allegre.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article