TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

9 français sur 10 favorables au développement des ENR selon un sondage IPSOS

serCommuniqué de presse
Paris, le 16 janvier 2013
 
Synthèse du sondage IPSOS réalisé du 3 au 10 décembre 2012

Les professionnels, regroupés au sein du Syndicat des énergies renouvelables, organisation professionnelle dont la vocation est de développer les énergies renouvelables et leurs filières industrielles, souhaitent que ce développement s’effectue en harmonie avec leurs concitoyens. C’est pourquoi, au moment où débute le débat sur la transition énergétique, le SER a demandé à l’Institut IPSOS de réaliser un sondage sur les Français et les énergies renouvelables.

Les principaux enseignements

Au moment du sondage, un Français sur cinq avait entendu parler du débat sur la transition énergétique et plus de « 80 % des interviewés jugent importante la tenue de ce débat ».

Sept personnes sur dix estiment que, jusqu’à présent, la place accordée à la question énergétique dans l’action gouvernementale est insuffisante. Elles considèrent par ailleurs que les sujets liés à la transition énergétique sont prioritaires. Le développement des énergies renouvelables constitue le sujet de tout premier plan en matière d’énergie : 63 % des interviewés estiment qu’il fait partie des priorités. Spontanément, les énergies renouvelables sont associées à des valeurs positives. Elles bénéficient d’un large soutien de nos concitoyens puisque 91 % d’entre eux en ont une bonne image et que 9 Français sur 10 sont favorables à leur développement.

84 % des Français estiment que les énergies renouvelables ne se développent pas suffisamment rapidement dans notre pays : leur développement permettrait de réduire notre dépendance au pétrole importé (pour 83 %) et d’être plus indépendant en matière d’énergie (pour 68 %). Leur rôle dans la protection de l’environnement est largement reconnu, mais leur performance, leur image d’énergies de l’avenir, leur fiabilité et leur capacité à produire de l’énergie bon marché sont également très largement citées. En outre, pour 54 % de nos concitoyens, le secteur contribue beaucoup à la croissance économique française.

Tous les Français connaissent les énergies renouvelables et un Français sur deux dit savoir précisément ce qu’elles sont. L’énergie éolienne et l’énergie solaire sont les plus connues. La biomasse, première source d’énergie renouvelable de notre pays, est spontanément citée par seulement 19 % des Français.

L’acceptabilité des éoliennes

Pour 83% des français, l’énergie éolienne a une bonne image. A travers ce sondage, IPSOS a également évalué l’acceptabilité de la présence d’éoliennes dans l’environnement des personnes interrogées. 80 % des interviewés sont prêts à accueillir des éoliennes dans leur département, 68% dans leur commune. Et 45 % des Français sont prêts à accepter des éoliennes dans leur champ de vision depuis chez eux, contre 40 % qui y sont opposés. On note que cette acceptation est aussi forte chez les interviewés qui habitent la campagne, a fortiori plus concernés par l’installation de parcs éoliens : en effet, 46 % d’entre eux répondent positivement à la question.
 
Les énergies renouvelables dans la maison

Quatre Français sur dix disent utiliser une énergie renouvelable chez eux. Une personne sur deux s’est renseignée sur une utilisation personnelle des énergies renouvelables auprès de différentes sources : d’abord sur internet, puis en s’adressant à un artisan chauffagiste, à son entourage, ensuite en se tournant vers un fournisseur d’énergie et vers un organisme ou une association spécialisée, ce qui peut laisser penser que les opérateurs sont encore mal identifiés. Et plus d’un Français sur trois pense en installer une d’ici 5 ans. Ce qui freine la décision aujourd’hui, c’est en premier le coût d’une installation, et le changement de fiscalité.

L’apport de ce sondage pour le SER

  • Les français connaissent bien les énergies renouvelables et les qualités de ces formes d’énergies
  • C’est pourquoi, ils souhaitent leur développement et considèrent qu’il s’agit d’une priorité politique
  • Ils sont prêts à accepter le développement de projets dans leur environnement proche.
  • Ils sont nombreux à souhaiter utiliser personnellement les énergies renouvelables, mais ont besoin pour cela d’un interlocuteur bien identifié et d’un cadre fiscal stable et facilement compréhensible.

Communiqué de presse du SER

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article