TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Hydroliennes OpenHydro : la mer au service de l’électricité

Exploiter la force des marées grâce aux hydroliennes, c'est la technologie que développe OpenHydro depuis plusieurs années. Une ferme d'hydroliennes pilote sera bientôt installée au large de la Normandie, de quoi s'inscrire un peu plus dans le marché, mondial et prometteur, de l'hydrolien.

Hydroliennes OpenHydro : la mer au service de l’électricité

La mer comme générateur d’électricité

Christophe Chabert, Directeur général d’OpenHydro France

 « Nous sommes ici au Raz Blanchard, entre l’Ile d’Aurigny et le Cap de la Hague. C’est ici que vous avez les plus forts courants de France, et là où on va installer cette hydrolienne, cette technologie qui utilise la puissance des marées, de la mer, pour fournir de l’électricité ».

Faire de l’électricité avec la mer, exploiter la force immense des marées, partout dans le monde, pour produire une énergie propre, renouvelable et surtout régulière. Ce projet fou, il y a encore quelques années, est une réalité aujourd’hui, notamment depuis les progrès effectués dans le domaine des aimants, et dans celui de la gestion et de l’amélioration électronique des courants électriques. Ces technologies sont écossaises, allemandes, mais aussi françaises. Avec un leader tricolore, OpenHydro, filiale de DCNS.

Christophe Chabert : « L’une des caractéristiques fantastiques des marées, c’est que l’on connaît la force des marées pour les 150 prochaines années. Donc on peut savoir, à chaque minute, combien produira chaque hydrolienne ».

Hydroliennes : une technologie de pointe

Frédérick Lelarge, Directeur industriel d’OpenHydro France

« Cette barge est un outil indispensable au développement des hydroliennes. C’est un ascenseur à hydroliennes, équipé de gros treuils rouges qui permettent de porter la turbine, de la monter et la descendre. C’est également un moyen indispensable pour aller déployer ces turbines en mer, et très très court, puisqu’on arrive aujourd’hui à déposer les turbines en mer en moins d’une demi-heure ». 

Grâce à ces technologies de turbines et de barges pour les installer, DCNS OpenHydro est passé de la phase prototype immergé au Canada et en France, à l’installation, bientôt, au large de la Normandie, d’une ferme d’hydroliennes pilote. Objectif : démontrer l’efficacité du système.

Frédérick Lelarge : « L’idée de la ferme c’est d’avoir un générateur d’électricité qu’on appelle turbine, qu’on va mettre sous l’eau, qui fonctionne avec un principe de rotor, qui va venir tourner, produire del’électricité, transformée par le biais d’un convertisseur, et l’amener à terre ».

L’hydrolien, un marché d’avenir

Les turbines sous-marines beaucoup plus productives que les éoliennes d’OpenHydro partent à la conquête d’un marché mondial de l’hydrolien estimé aujourd’hui à 200 milliards d’euros, l’équivalent d’une centaine de centrales nucléaires.

Christophe Chabert : « Mon rêve c’est de pouvoir gagner cette nécessité qu’on a aujourd’hui d’avoir de l’électricité propre pour fournir à chacun la capacité de se développer ».

L’hydrolienne, source d’énergie durable, invisible sous la surface des océans, qui possède donc aussi cette vertu formidable, de ne pas polluer le paysage.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article