TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Le nouveau solaire deux fois moins cher que l'EPR

Le nouveau solaire deux fois moins cher que l'EPR

À 62,50 euros le mégawattheure, le solaire distance désormais sensiblement l'éolien, dont le coût est estimé en moyenne à 80 euros.

Les gains de compétitivité du solaire ne sont pas un vain mot. Jeudi, les résultats du quatrième appel d'offres photovoltaïque lancé par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) se sont soldés par un prix moyen de rachat de l'électricité, il correspond au seuil de rentabilité des installations, autour de 62,50 euros le mégawattheure (MWh), soit deux fois moins que l'EPR de Flamanville (Manche).

La production du réacteur nucléaire de nouvelle génération actuellement en chantier devrait «sortir» aux environs de 120 euros le MWh.

Parmi les lauréats de l'appel d'offres de la CRE, le français Neoen, premier producteur indépendant d'énergies renouvelables et troisième dans la hiérarchie derrière Engie (ex-GDF Suez) et EDF, a remporté quelque 86 MW, répartis à travers dix centrales, ce qui en fait le principal lauréat. 

Ces installations devraient être opérationnelles à l'horizon de deux ans, le fait de pouvoir s'appuyer sur des prix très compétitifs tient à la fois à la baisse du coût des composants, à des conditions de financement attractives et à des critères de rentabilité plutôt sobres de la part des investisseurs

Xavier Barbaro, président de Neoen

Fort de ce prix de 62,50 euros, le solaire distance désormais sensiblement l'éolien, dont le coût est estimé en moyenne à 80 euros. Même si les partisans respectifs de chaque énergie prennent bien soin de ne pas les opposer, force est de constater que le solaire prend de plus en plus le leadership des énergies renouvelables, à la fois en France et dans le monde. Même si, à l'échelle de la planète, les deux énergies sont aujourd'hui au coude-à-coude avec environ 70 gigawatts (GW) de puissance installée.

Dans le solaire, nous assistons à un autre phénomène intéressant, à savoir que les centrales photovoltaïques vieillissent mieux que prévu, dans la plupart des cas, elles vont pouvoir tourner pendant 30 ans alors que les contrats initiaux partaient sur des durées de 20 ou 25 ans.

Xavier Barbaro, président de Neoen

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article