TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Inde: 40% de son énergie d'origine renouvelable d'ici à 2030?

Inde: 40% de son énergie d'origine renouvelable d'ici à 2030?

L'Inde est le 3ème émetteur de gaz à effets de serre au monde... et ces émissions devraient fortement augmenter dans les années à venir, car la majorité de l'électricité du pays est produite grâce au charbon, et que la production de cette énergie polluante pourrait exploser pour alimenter la forte croissance du pays. Lors de la COP 21 de décembre 2015, New Delhi toutefois a promis que 40% de son énergie installée serait d'origine renouvelable d'ici à 2030. Et surtout, de multiplier par 25 en seulement 7 ans ses capacités de production de solaire.

Promesses irréalisables il y a un an

L'Inde est en train de vivre ce que l'on pourrait appeler une révolution solaire: la capacité installée a doublé en un an, pour atteindre les 10 GW, et devrait encore être multipliée par deux cette année. Le pays s'est d'ailleurs hissé en peu de temps au 7ème rang mondial et connaît l'une des plus fortes croissances du monde.

Un seul exemple montre son potentiel. En septembre dernier, la multinationale indienne a ouvert la plus grande centrale solaire du monde, dans le sud du pays, d'une capacité de 648Mw. Ses 2 500 000 panneaux fournissent de l'énergie à 150 000 foyers. Cette croissance a été possible grâce à une politique publique agressive d'incitations fiscales et d'enchères compétitives ainsi qu'à une baisse rapide du prix mondial des équipements. Tout cela a entraîné la chute du tarif du solaire indien de 24% en un an. Et en a fait, dans certaines régions, l'énergie la moins chère.

Inde: 40% de son énergie d'origine renouvelable d'ici à 2030?

Croissance durable ?

Cette énergie est financièrement attrayante aujourd'hui, et en train de devenir meilleure marché que celle produite par le charbon, elle-même traditionnellement bon marché. Les usines, commerces ou administrations sont donc en train d'installer de grandes quantités de panneaux sur leurs toits, car cela leur revient moins cher que l'électricité qu'elles reçoivent par le réseau. Le photovoltaïque, surtout, vient remplacer les coûteux et très polluants générateurs au diesel, qui servent aux entreprises et résidences lors des pannes d'électricité. Une manière de réduire également la pollution atmosphérique des grandes villes indiennes.

Cette rentabilité devrait permettre d'éviter l'écueil vécu par les énergies renouvelables en Europe. Chez nous, elles sont surtout financées par des subventions et leur croissance s'estompe quand ces aides s'arrêtent.

De nombreux défis restent à relever

L'Inde va encore devoir investir 90 milliards d'euros dans les 5 ans à venir pour atteindre les 100 GW de solaire installés, ce qui est colossal. La mise à disposition de beaucoup de terrains est également nécessaire, ce qui peut s'avérer compliqué dans un pays aussi densément peuplé. Il faudra également rapidement moderniser le réseau de transmission, car les énergies renouvelables dépendent du climat et sont donc instables, ce qui crée énormément de variations et de tensions sur ce réseau.

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article