TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L’autoconsommation de l’électricité solaire devient une réalité

L’autoconsommation de l’électricité solaire devient une réalité

Le 1er colloque dédié à l’autoconsommation de l’électricité de source photovoltaïque organisé par Enerplan le 25 mai dernier a connu un franc succès avec une audience de plus de 300 personnes sur l’ensemble de la journée. Les échanges nombreux et dynamiques entre le public et les intervenants successifs ainsi que les résultats des sondages ont montré l’intérêt massif pour ce secteur*, tout comme les résultats de deux sondages sur « l’autoconsommation photovoltaïque et les Français » et « l’autoconsommation PV pour le commerce et la distribution ». L’annonce, par Virginie Schwarz, directrice générale de l’énergie au ministère en charge de l’énergie, du lancement d’un appel d’offres dédié (voir notre article) a donné le ton dès l’ouverture du colloque.

Parallèlement, ERDF a confirmé la pose des compteurs Linky à partir de janvier 2017 pour tous les nouveaux producteurs d’énergies renouvelables désirant autoconsommer une partie de leur production d’électricité tout en injectant le surplus sur le réseau d’électricité (voir notre article).

Les professionnels du photovoltaïque, notamment, souhaitent depuis longtemps passer à l’autoconsommation. Rappelons qu’une concertation à grande échelle et la publication d’un rapport national sur l’autoconsommation et l’autoproduction de l’électricité renouvelable en décembre 2014 avait suscité des espoirs pour la filière photovoltaïque qui cherchait un nouveau souffle dans un contexte de réductions incessantes des tarifs d’achat. Ce rapport avait été le fruit des efforts d’un groupe de travail lancé par le ministère en charge de l’énergie en octobre 2013. Le groupe de travail s’était réuni treize fois en séance plénière entre décembre 2013 et juin 2014.Le sondage OpinionWay réalisé à la demande d’Enerplan indique que 47% des Français seraient prêts à investir dans l’autoconsommation d’électricité solaire. L’enquête d’opinion effectuée par l’association technique du commerce et de la distribution française Périfem auprès de ses adhérents montre que 62% d’entre eux seraient prêts à s’équiper pour l’autoconsommation, et que 39% le feraient dans moins de deux ans.

« L’autoconsommation est en train d’émerger grâce à plusieurs facteurs au-delà de la compétitivité du photovoltaïque et de la diminution des coûts. Une enquête d’opinion montre que la population y est favorable. Les investissements ne se limitent pas aux aspects de rentabilité économique. Le réseau doit pouvoir accepter et gérer les surplus, or de nombreux éléments montrent que les gestionnaires de réseau ont réfléchi à ce problème. Enfin, le cadre réglementaire évolue pour assurer la sécurité mais aussi permettre le démarrage de ce marché », a précisé, pour sa part, Daniel Bour, président d’Enerplan, en ouverture du colloque. « Les professionnels vont accompagner les investisseurs pour caler le plus possible la consommation par rapport à la production, en prenant en compte le chauffage et la climatisation, mais aussi le stockage. L’autoconsommation peut en outre être un élément important pour nous habituer à gérer notre énergie et faire des économies d’énergie. »

« Le consommateur prend en main son destin énergétique (consom’acteur) mais aussi sa production et les deux idées se rejoignent sur la notion d’autoconsommation qui fait d’autant plus sens avec les baisses de coûts », a expliqué Virginie Schwarz au nom du MEDDE. « Les objectifs d’énergies renouvelables ont été détaillés filière par filière par l’arrêté PPI publié il y a quelques semaines, avec une trajectoire vers 18 à 20 GW de photovoltaïque jusqu’en 2023. Pour les atteindre, il faut toute la mobilisation possible sur le photovoltaïque en toiture dans l’industrie, le résidentiel et le tertiaire. L’appel d’offres sera ciblé sur les centres commerciaux et les grands bâtiments tertiaires, des segments qui affichent la meilleure concordance entre production et consommation pour viser une autoconsommation de l’électricité produite avec ou sans stockage. Les projets retenus bénéficieront d’une valorisation supplémentaire de l’électricité autoconsommée pour encourager cette tendance sans inciter à la surconsommation. »

Pour en savoir plus sur le colloque et les sondages, voir sur le site de Qualit’EnR en cliquant ici

*Les présentations sont en ligne. Pour les consulter, cliquer ici

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article