TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Le salut des énergéticiens passe par les renouvelables et le numérique

Le salut des énergéticiens passe par les renouvelables et le numérique

PRECEPTA du groupe Xerfi vient de publier une étude sous le titre : « Les nouveaux défis des énergéticiens - Apporter des réponses stratégiques à des mutations de marché et des menaces concurrentielles inédites ». Face à l'émergence des renouvelables couplées au digital, les acteurs historiques de l'énergie doivent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu pour contrer la menace de Google et d'Apple. De l'avis des experts de Precepta…

Pour rester dans la course, les énergéticiens ne pourront plus faire l'impasse sur les énergies vertes, compte tenu de la volonté des pouvoirs publics de développer le segment des renouvelables. C'est d'autant plus vrai que celui-ci affiche des perspectives de croissance prometteuses. Engie ambitionne ainsi de doubler sa capacité renouvelable installée en Europe pour atteindre 16 GW d'ici 2025. L'entreprise s'est d'ailleurs hissée au rang de leader du solaire en France grâce au rachat de Solairedirect en 2015 pour environ 200 millions d'euros. Sur un marché de plus en plus concurrentiel, les énergéticiens doivent également se différencier et proposer des services toujours plus diversifiés. Outre la production d'énergie, ils doivent se convertir en opérateurs de l'énergie et des réseaux. En clair, ils devront savoir optimiser la gestion et le pilotage de l'électricité et du gaz sur le réseau en apportant davantage d'intelligence dans la production, la conduite et le comptage. Des activités à fort potentiel de croissance et rentables, à l'image de l'effacement de la consommation électrique dont les volumes et la rémunération ont nettement augmenté ces dernières années.

Les outils numériques, nouveaux leviers de croissance

Les énergéticiens devront surtout saisir les opportunités liées au numérique pour être à la hauteur de leurs nouvelles missions. Avec la diffusion massive des smartphones et des objets connectés, les énergéticiens entrent dans l'ère de la personnalisation des services. Sans oublier la montée en puissance des smart grids, qui bouleversent en profondeur la manière de concevoir et de piloter le réseau. Grâce à ces nouveaux outils, il devient possible de bâtir des réseaux électriques plus intelligents. Ce système est actuellement expérimenté par Cofely à Toulouse. L'entreprise a installé dans la ville rose des panneaux solaires et des petites éoliennes, reliés à des batteries lithium-ion, qui assurent au site une autonomie d'une journée. Des capteurs et compteurs assurent, eux, la gestion intelligente de la structure en centralisant les informations de consommation et de production de chaque entité.

Les géants de l'IT, les particuliers et les plateformes en embuscade

Mais le mariage du numérique et de l'énergie fait émerger des nouveaux modes de création de valeur avec l'arrivée d'acteurs au profil résolument digital au sein de la filière. Parmi eux, les géants de l'IT, Google et Apple, comptent bien bâtir des écosystèmes d'affaires dans le domaine de la maison connectée avec leur solution domotique Nest et Homekit. Pour rester dans la course, les énergéticiens doivent donc veiller à ne pas perdre la main sur la relation client et la propriété des données, au risque de se faire distancer par les deux firmes américaines. Dans ce contexte, les acteurs de l'énergie doivent riposter en recrutant des profils issus de la sphère digitale : un chief data officer, des data analysts ou encore un community manager. En parallèle, il leur faudra aussi modifier leurs structures organisationnelles pour gagner en agilité. Cela passe notamment par l'adoption de logiques de test and learn adaptées au caractère mouvant de la transition numérique. Nouer des partenariats pour innover constituera également une stratégie gagnante, selon les experts de Precepta.

La démocratisation des producteurs

C'est le sens de l'alliance conclue par Engie et Direct Energie avec Nest.
A plus long terme, il s'agit aussi d'intégrer le risque de démocratisation du rôle de producteur. En effet, les énergies renouvelables décentralisées et les progrès en matière de stockage de l'énergie laissent imaginer que n'importe qui pourra à terme devenir un véritable producteur d'énergie autonome. Et ce risque est d'autant plus grand que se développent actuellement des plateformes numériques d'intermédiation. Celles-ci pourraient permettre de s'affranchir totalement des énergéticiens. Elles ouvrent en effet la voie à une véritable horizontalisation du système énergétique français, dans lequel chaque foyer, doté d'un mode de production renouvelable, revendrait son surplus d'électricité via une plateforme virtuelle à des consommateurs situés à proximité. Une étude passionnante signée Thibaud Brejon de Lavergnée à se procurer sur commande@xerfi.fr.

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article