TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L'éolien en mer européen bat des records, 584 éoliennes offshore en 6 mois. En France, toujours aucune !

L'éolien en mer européen bat des records, 584 éoliennes offshore en 6 mois. En France, toujours aucune !

Les six premiers mois de l'année 2015 ont vu la mise en service d'une puissance record d'éoliennes en mer.

L'association européenne Ewea, dans son bilan à mi-parcours, comptabilise en effet 2 342,9 MW de puissance installée dans les six premiers mois de l'année, plus qu'il n'y en a jamais eu dans une année entière, et trois fois plus qu'au premier semestre 2014.

Le total installé à ce jour, dans 82 parcs de 11 pays différents, était de 10 393,6 MW au 1er juillet.

Les 584 éoliennes qui ont été mises en service pendant ce premier semestre proviennent de seulement trois pays : l'Allemagne d'abord, avec 406 turbines et 1 706 MW, loin devant le Royaume-Uni (140 mâts pour 522 MW), qui reste cependant leader en capacité totale, et les Pays-Bas (38 mâts, 114 MW).

On notera l'absence du Danemark, le plus équipé par tête d'habitants. Et celle de la France, toujours au stade des enquêtes publiques depuis des années. Le monopole public nucléaire n'y est pas pour rien. La France est le dernier pays européen à n'avoir encore construit aucune éoliennes en mer.

Pourtant plusieurs études montrent que la France dispose d’un important gisement avec une ressource nationale estimée à 200TWh/an et des durées de fonctionnement annuelles comprises entre 3000 et 4000 heures par an (source ADEME 2013). Certaines sources citent 20% du potentiel européen, en particulier en Normandie, Bretagne et région PACA. Une éolienne en mer bénéficie de vents plus fréquents, plus forts et plus réguliers qu’à terre.

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article