TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L'énergie éolienne en croissance dans le monde

L'énergie éolienne en croissance dans le monde

Les politiques la propulsent en Chine, aux États-Unis et en Allemagne

L'énergie éolienne est en croissance dans le monde, une tendance encourageante à la veille de l'accord de Paris sur le changement climatique à la fin de l'année. La croissance de l'éolien est le résultat direct des politiques d'énergies renouvelables mises en place par les gouvernements.

Ces politiques et actions, qui ont fait l'objet de discussions de la part des gouvernements réunis sous l'égide de la CCNUCC cette année, doivent s'accélérer pour que la communauté internationale puisse atteindre son objectif de maintenir la hausse moyenne des températures mondiales sous 2 degrés Celsius. Ces politiques doivent être soutenues par un financement adéquat.

Une analyse récente du Global Wind Energy Council (GWEC) montre qu'une capacité considérable d'énergie éolienne sera ajoutée cette année, notamment au Brésil, au Canada, au Mexique et aux États-Unis. L'industrie extracôtière européenne a déjà profité d'une forte croissance pendant la première moitié de 2015. Les plus gros marchés mondiaux sont actuellement la Chine, les États-Unis et l'Allemagne - trois économies de taille dotées de politiques qui récoltent les fruits de l'énergie propre.

2014, une année record

Des installations record d'énergie éolienne ont été effectuées l'an dernier, avec en tête la Chine, les États-Unis et l'Allemagne. Selon les données de GWEC, 51,5 gigawatts (GW) ont été installés dans le monde l'an dernier et 100 milliards de dollars investis. À elle seule, la Chine a ajouté 45.1% des nouvelles infrastructures alors que l'Allemagne en a ajouté 10,2% et les États-Unis 9,4%. La capacité mondiale en 2014 s'élevait à près de 370 GW, dont 31% en Chine, 17,8% aux États-Unis et 10,6% en Allemagne.

La montée rapide du vent en Chine

Un bon exemple démontrant comment la croissance de l'éolien prend racine dans les politiques est la Chine, qui est dotée d'une loi sur les énergies renouvelables et d'un plan national d'action pour le contrôle de la pollution. Ces mesures ont aidé le pays à passer de presque zéro à 114,6 GW de capacité en une décennie, pouvant alimenter 110 millions de foyers.

L'objectif actuel de 200 GW en 2020 «pourrait être augmenté à 250 GW ou plus dans le prochain plan quinquennal qui sera lancé plus tard cette année», indique Kristian Ruby, chef des politiques à l'European Wind Energy Association (EWEA). «De plus, l'on s'attend à ce que le prochain plan quinquennal présente un marché national d'échange d'émissions qui fournirait des incitatifs supplémentaires au déploiement.»

Les États-Unis bénéficient d'un crédit d'impôt

Les États-Unis avaient installé 65,9 GW à la fin de 2014. La Californie, l'Iowa et le Texas sont des forteresses de l'énergie éolienne.

L'éolien a totalisé presque 30% de la nouvelle capacité de génération d'électricité lors des 5 dernières années selon l'American Wind Energy Association (AWEA). Il fournit assez de puissance pour 16,7 millions de foyers américains et il a attiré plus de 100 milliards de dollars d'investissement depuis 2008.

L'industrie profite du Production Tax Credit (PTC), un crédit d'impôt fédéral instauré en 1992. Ce crédit offre un incitatif de 2,3 cents par kilowatt/heure lors des dix premières années d'exploitation d'une installation.Le Clean Power Plan de Washington pourrait aider l'industrie à faire un pas de plus en avant. Cela dépend toutefois du renouvellement du PTC, ce qui recquiert un vote de la part du Congrès à la fin de chaque année.

La transition allemande bat son plein

Avec 39,2 GW de puissance éolienne installée à la fin de l'an dernier, l'Allemagne est le troisième plus grand joueur du secteur à l'échelle mondiale.

L'objectif de Berlin est de faire en sorte que le tiers de l'électricité allemande provienne de sources renouvelables d'ici 2020, un pourcentage qui doit augmenter à 50% d'ici 2030. La loi du pays sur les énergies renouvelables garantit les tarifs pour les 20 premières années et accorde la priorité au réseau d'électricité.

Le site de la politique de transition énergétique "Energiewende" du gouvernement fédéral affirme que les Allemands paient plus cher sur leurs factures, mais il fait remarquer que l'électricité provenant de sources comme l'éolien et le solaire n'a pas de coûts cachés, comme la pollution. Les communautés récupèrent aussi de l'argent car 47% des champs éoliens étaient des propriétés communautaires en 2012 selon Agentur für Erneuerbare Energien, l'agence nationale des énergies renouvelables.

L'énergie éolienne en croissance dans le monde

Un départ extracôtier record en Europe

Le secteur extracôtier européen a connu le meilleur départ de son histoire. Les 2,3 GW installés pendant les six premiers mois ont établi un record annuel, avec l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas à l'avant-garde. Cela inclut des infrastructures allemandes qui ont été activées plus tard que prévu.

Kristian Ruby signale que l'énergie éolienne brésilienne pourrait croître rapidement elle aussi. «Le système d'enchères mis en place pour les énergies renouvelables en 2009 et son objectif déclaré de faire en sorte que l'éolien soit la deuxième source d'énergie dans le pays, après l'hydroélectricité, a été un moteur important d'investissement dans la nouvelle capacité. Plus de 15 GW ont été mis sous contrat, ce qui portera le total national à plus de 20 GW à cette date», a-t-il dit.

Plus de financement et de certitude politique nécessaires

L'énergie éolienne pourrait peser plus lourd. De meilleures politiques et un financement adéquat sont importants pour que cela se produise, ce qui a été discuté lors d'une réunion d'experts techniques à la CCNUCC à Bonn en juin. Malgré sa croissance annuelle de 24,8% depuis 1990, l'éolien ne représentait que 3% des stocks d'énergie renouvelable en 2013 selon l'International Energy Agency (IEA).

Un accès prévisible au marché et des tarifs prévisibles pour 10 à 15 ans sont ce dont les entrepreneurs ont besoin pour financer les projets et abaisser les coûts de production, affirme Letha Tawney, qui dirige Charge, l'initiative sur l'électricité de World Resources Institute (WRI). «Les producteurs ont besoin de contrats à long terme, avec la certitude de vendre l'énergie. L'éolien est rentable si vous obtenez un financement à bon prix et la certitude des revenus.»

Mme Tawney ne préconise pas des subventions et des tarifs plus élevés parce qu'ils ne sont pas nécessairement efficaces. Les contrats d'achat à long terme, tels que ceux de Google et Facebook en Iowa, par exemple, ont donné de la certitude et stimulé l'investissement des fournisseurs.

Les solutions techniques, telles que la maximisation des facteurs de capacité, sont aussi des moteurs de croissance, suggère Letha Tawney. «La Chine est à pied d'oeuvre. Nous pouvons utiliser ces connaissances, même si les défis techniques ne sont pas les mêmes partout.»

L'optimisation de l'infrastructure rend l'éolien plus concurrentiel que les combustibles fossiles lors de l'ajout de nouvelle capacité au réseau. «Au Colorado, il y a plus de vent que ce que l'État demande. Des champs éoliens ont un facteur de capacité de 40%. Les gens ne savaient pas que c'était possible il y a 5 à 8 ans.»

Le Fonds vert pour le climat peut jouer un rôle clé

Dans les pays en développement, un coup de main peut faire grandement progresser les énergies renouvelables, a dit Amit Kumar, un conseiller de REEEP, un organisme à but non lucratif qui gère des fonds pour des projets d'énergie propre, après la réunion des experts techniques à Bonn. «Avec sa gamme élargie d'instruments financiers, le Fonds vert pour le climat pourrait jouer un rôle clé en stimulant l'investissement dans les énergies renouvelables en adaptant les outils financiers aux conditions nationales.»

Les investisseurs peuvent eux-mêmes avoir des raisons de s'engager selon le rapport Investing in a Time of Climate Change publié en juin par le cabinet de consultants Mercer. L'entreprise prédit que "le sous-secteur des renouvelables pourrait voir ses rendements annuels augmenter entre 6% à 54% sur un horizon de 35 ans" alors que les rendements du charbon devraient chuter de 18% à 74%.

Lisez plus de détails sur la réunion d'experts en énergies renouvelables à Bonn et à propos des exemples inspirants de fourniture d'énergies renouvelables.

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article