TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

ADEME : "Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050", l'étude que le lobby nucléaire a voulu censurer !

ADEME : "Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050", l'étude que le lobby nucléaire a voulu censurer !

Mercredi 8 avril, Médiapart dévoilait le rapport d’une étude technique sur une France 100 % renouvelables (pour son bouquet électrique) en 2050, commandée et financée par l'Ademe pour 294 000 euros. Épilogue en fanfare de 3 mois de rebondissements, qui ont fait d’un exercice technique une affaire politico-médiatique.

« VERS UN MIX ÉLECTRIQUE 100% RENOUVELABLE EN 2050 »

Tel était le titre de la séquence de 30 minutes, prévue entre les tables rondes 3 et 4 du colloque de l’ADEME (désormais) intitulé « Les énergies renouvelables dans le mix électrique français » (les 14 et 15 avril 2015 à Paris). Malgré sa modeste emprise sur le programme, le service presse de l’Ademe, ne se trompant pas sur l’intérêt des professionnels comme du grand public sur le sujet, indiquait précédemment dans sa communication numérique : « le point d’orgue de ce colloque est la présentation d’une étude inédite commandée par l’ADEME et qui fournit les pistes pour une production d’électricité 100% renouvelable ». Le réseau TEPOS s’en réjouissait encore dans un message publié ultérieurement (le 5 mars).

« UNE CONTRIBUTION TECHNIQUE AUX ÉCHANGES ENTRE EXPERTS ET AUX DÉBATS PUBLICS

C’est ainsi que l’ADEME décrit l’étude dans un article du dossier « Le marché de l’électricité en transition » de la revue CLER Infos (n°105 - avril-mai 2015). Il précise : « L’étude ne se projette pas aux horizons de temps actuellement en discussion dans le cadre de la transition énergétique, qu’il s’agisse de la préparation de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) pour 2018 et 2023 ou des scénarios 2035 que la France transmettra à la Commission européenne, mais à un horizon plus lointain, situé au moins en 2050, celui du « coup d’après » qu’il est indispensable d’anticiper. À ce titre, le travail de l’ADEME apportera une contribution technique aux échanges entre experts, à la fois nationaux et européens, et aux débats publics qui auront lieu pour orienter nos choix énergétiques de très long terme. »

CACHEZ CE SCÉNARIO QUE JE NE SAURAIS VOIR

Pourtant, la présentation de l'étude sur le mix 100% renouvelable a disparu du programme du colloque à la mi-mars, ce dont le réseau TEPOS a témoigné dans un message du 17 mars. Plusieurs blogueurs et journalistes (Olivier Daniélo sur Objectif Terre, Olivier Descamps dans la Gazette des Communes, etc) ont alors fait écho à la nouvelle, qui s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Le 4 avril, le Monde enfonçait définitivement le clou de la médiatisation de cette « disparition » sous la plume de Pierre Le Hir, avec un article intitulé « Le scénario escamoté d’une France 100 % énergies renouvelables ».

LE CLOU DU SPECTACLE : MÉDIAPART PUBLIE LE RAPPORT DE L’ÉTUDE

Finalement, malgré son caractère non consolidé et perfectible (selon les explications actuelles de l’ADEME), le rapport de l’étude existe bel et bien. Il a été déniché et publié par Jade Lindgaard de Médiapart, une semaine avant son terme initial. Le voici en intégralité.

le rapport 100% énergies renouvelables

L'étude montre notamment que le coût de l'électricité baissera si la part renouvelable croit après 2030 jusqu'à 80%. Elle a par ailleurs la grande force de montrer que l'hypothèse d'un scénario 100% énergies renouvelables électriques est tout à fait faisable et de l'ancrer dès à présent dans le débat public.

La morale de cette fable ? La technique ne suscite jamais tant d’intérêt que quand le politique s’emmêle !

Cette étude d’un coût de 294 000 € a été financée par l’ADEME, dans le cadre de réflexions sur les conditions et les impacts précis qu’aurait la mise en place d’un approvisionnement électrique à haut taux de pénétration des EnR (entre 80% et 100 % en énergie) à l’horizon 2050.

Les travaux ont duré 14 mois. Ils ont été pilotés par l’ADEME, avec la contribution de la Direction Générale de l’Energie et du Climat. Dans un objectif de robustesse et de solidité scientifique, les hypothèses, méthodologies et résultats ont été confrontés à un comité scientifique constitué d’experts nationaux et internationaux du domaine de l’énergie, à la fois industriels et académiques (RTE, AIE, IDDRI, Météo France, SRU, Total). Les éléments présentés dans ce rapport, ainsi que leur interprétation, sont les résultats des travaux réalisés par Artelys, AIRMINES-Persee et Energies Demain.

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article