TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Observ’ER Le Baromètre 2014 des énergies renouvelables électriques en France

Observ’ER Le Baromètre 2014 des énergies renouvelables électriques en France

Depuis 2011, les filières renouvelables électriques françaises sont sur des rythmes décroissants qui font perdre un temps précieux au pays sur ses objectifs 2020.

Sans être une bonne année, 2014 aura été marquée par quelques signes d’amélioration. C’est essentiellement dans le secteur de l’éolien que les résultats sont les meilleurs. Sur la base des premiers chiffres de raccordement de 2014, l’activité est de nouveau à la hausse, mais les acteurs restent prudents et attendent une consolidation de la tendance en 2015.

Pour le photovoltaïque, la situation est plus délicate. Les chiffres relativement encourageants des trois premiers trimestres 2014 ne doivent pas faire oublier que les statistiques d’ERDF font état d’un taux d’abandon de 50 % et que hormis le tarif résidentiel, il y a très peu de possibilités de travailler sur le territoire français. Les appels d’offres sont trop erratiques pour soutenir l’activité et la thématique de l’autoconsommation n’apparaît pas encore comme un relais de croissance à court terme.

Par ailleurs, la progression de l’hydro électricité est quasiment stoppée dans l’attente du dénouement du dossier du renouvellement des concessions, tandis que les filières biomasse évoluent lentement dans un contexte borné par des tarifs d’achat jugés trop peu incitatifs et des appels à projets à la périodicité très irrégulière.

Quant aux filières émergentes comme les énergies marines, le solaire thermodynamique ou l’électricité géothermique, elles n’ont pas encore quitté le stade des démonstrateurs.

En revanche, on observe dans ce baromètre que les filières électriques renouvelables françaises ont réussi à conserver peu ou prou un niveau constant d’emplois au cours des trois dernières années.

Seul un secteur échappe à ce constat : le photovoltaïque. 2013 a encore été marquée par une destruction d’emplois qui va probablement se prolonger. Il est passé de 30 440 emplois en 2011 à 12 270 en 2013.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article