TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Solaire : la crise du marché mondial touche à sa fin !

Solaire : la crise du marché mondial touche à sa fin !
« Les Echos » ont décidé de placer cette rentrée sous le signe de l’énergie solaire. Le quotidien économique publie un papier très optimiste sur les perspectives du photovoltaïque.

Il faut dire que si la France est toujours à la traine (voir ci-contre la comparaison des puissances installées en France et en Allemagne), les marchés sont très actifs dans de très nombreux pays, à commencer par les Etats-Unis, pays dans lequel le gaz de schiste est pourtant commercialisé à très bas prix...

Cette prise de conscience, gagne peu à peu le gouvernement, qui réfléchit de façon quasi-officielle à une augmentation du prix d’achat de l’électricité solaire pour les petites installations dont la puissance est comprise entre 9 et 100 kW.

Le secteur est en passe d'absorber ses surcapacités de production de panneaux solaires. Certains producteurs de cellules et de modules ont renoué avec la rentabilité.

Les années de crise sur le marché de la production de cellules et de modules photovoltaïques semblent désormais passées. Selon des données publiées par le cabinet IHS et par Bloomberg New Energy Finance, l'offre et la demande sont désormais équilibrées ou en passe de l'être. Côté demande, environ 52 gigawatts (GW) de panneaux solaires pourraient être installés dans le monde cette année et 61 GW pourraient l'être l'an prochain, selon les données de Bloomberg New Finance Energy. Le solaire pourrait ainsi représenter 18 % des capacités installées de production d'électricité à l'horizon 2030, contre 2 % en 2012. Le secteur mise sur les pays où le solaire devient compétitif sans subventions pour consolider son développement.

Cette montée en puissance a permis d'absorber les capacités de production des équipementiers, qui, quand ils n'ont pas mis la clef sous la porte, ont stoppé leurs investissements pour survivre à la guerre des prix. « La surabondance de cellules et de modules s'est certainement asséchée. Il n'y a désormais plus de surcapacités massives », juge Stefan de Haan, du cabinet IHS. Il évalue les capacités de production compétitives autour de 59 GW.

Meilleur rendement

Les coûts unitaires de production des équipements ayant baissé, notamment grâce à un meilleur rendement des cellules photovoltaïques, les plus grands producteurs renouent avec la rentabilité. Dans le Top 10 des fabricants de cellules et de modules, le chinois Jinko Solar a publié lundi son cinquième trimestre consécutif de profitabilité au printemps. Il vient aussi d'annoncer la construction d'une usine en Afrique du Sud. Les leaders mondiaux Yingli Solar et Trina Solar publieront leurs résultats semestriels la semaine prochaine. Filiale du français Total, l'américain intégré verticalement SunPower a affiché de bons résultats et table sur une demande soutenue.

De là à évoquer une pénurie de composants ces prochains mois, il y a un pas que ne franchit pas Thierry Lepercq, président de Solairedirect. « Il y a aujourd'hui une adaptabilité de la filière étonnante et il faut six mois pour construire une usine de cellules ou de modules. Et une pénurie de silicium n'est pas prévue ces prochaines années », estime-t-il.

L'industrie solaire reste toutefois sensible à des facteurs politiques tels que les sanctions pour dumping ou l'évolution des subventions aux énergies renouvelables, comme en Europe. En Australie, plusieurs projets viennent ainsi d'être gelés dans l'attente de clarifications de la part du gouvernement sur le soutien à l'éolien et au solaire.

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article