TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Leur maison est trop radioactive à cause d'Areva : «Ce que l’on craint, c’est le cancer!»

Leur maison est trop radioactive à cause d'Areva : «Ce que l’on craint, c’est le cancer!»

Un taux anormalement élevé de radioactivité présent au quotidien durant dix sept ans. Des enfants gardés dans une maison que l’on vient de lui faire évacuer d’urgence. Aujourd’hui, la famille Jusiak s’interroge et s’alarme.

Leur nounou s’appelait Sylvie. Elle veillait sur eux dans l’ancienne station-service transformée en habitation, située à Bessines au 1, avenue de Limoges. Mais les vingt-deux enfants dont cette assistante maternelle a pris soin à domicile, durant quatorze ans, vont aujourd’hui devoir subir des examens poussés. Car ils ont inhalé pendant des années du radon, deuxième cause de cancer du poumon en France après le tabac.

Les remblais, constitués de résidus de traitement de minerais d’uranium, sur lesquels cette maison est édifiée, expliqueraient des niveaux anormaux de radon.

«Je souhaite un suivi médical durant toute notre vie»

« Ils sont significativement supérieurs aux valeurs maximales observées dans la région », a annoncé la préfecture de la Haute-Vienne dans un communiqué de presse diffusé mercredi soir. Une information que n’avaient évidemment pas les parents qui confiaient leur bambin à la nounou, ni Sylvie Jusiak qui vivait dans cette maison avec toute sa famille depuis dix-sept ans.

« Quand ma femme a appris la nouvelle, s’est vue à la télé sur les chaînes d’informations, elle a pleuré. Moi, je n’en dors plus la nuit », explique Thierry Jusiak, son mari…

La Cogema devenue aujourd'hui Areva a exploité en France 210 mines d’uranium dont une majorité dans le Limousin. La dernière mine a fermé en 2011. Aujourd’hui Areva importe l’uranium du Niger, du Kazakhstan et bientôt de Mongolie. Après avoir pollué la France, Areva est en train de polluer et de détruire des vies dans ces pays.

Les résidus d’uranium issus des mines française Areva ont servi durant plusieurs décennies de remblais pour construire des routes, des parkings et des bâtiments. Areva s’est débarrassé à bon compte de ses déchets sans se soucier des conséquences sanitaires, ni des décès que cela pourrait entrainer dans la population.

Vous trouverez ci-dessous l'excellent reportage de France 3 diffusé dans l'émission "Pièces à conviction". Ils ont réalisé une enquête sur ce scandale non médiatisé et étouffé par le lobby nucléaire. Le titre du reportage est, on ne peut plus, évocateur : "Uranium : le scandale de la France contaminée, le reportage qu'Areva aurait voulu voir censurée!"

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article