TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Énergies conventionnelles : des fossiles coincés dans le passé!

Énergies conventionnelles : des fossiles coincés dans le passé!

« S'ils avaient eu un bon business model, les dinosaures n'auraient jamais disparu », pérore un personnage de la série animée Silex and the City. Cette sentence pourrait résumer l'esprit d'un rapport produit par la section allemande de Greenpeace à propos des déboires des grands électriciens européens : "Locked in the past, why Europe's big energy companies fear change" (Coincés dans le passé : pourquoi les grands de l'énergie en Europe ont peur du changement). Seulement dix entreprises produisaient 58,7 % de l'électricité européenne en 2012. Si ces dernières ont doublé leur chiffre d'affaires depuis 2002, leurs actions ont aussi perdu la moitié de leur valeur depuis 2008. Le ralentissement de la demande, l'arrêt de centrales nucléaires et la montée en puissance de renouvelables devenues compétitives font fondre les résultats d'exploitation de manière sévère pour Enel, E.ON ou RWE. Ce dernier a ainsi enregistré en 2013 une perte nette de 2,8 milliards d'euros. Mais contrairement à ce qui a pu être rapporté un peu vite par la presse, cette perte n'est pas due à la seule transition allemande, puisqu'elle est causée pour l'essentiel par la dépréciation des actifs de RWE hors d'Allemagne, à hauteur de 4,8 milliards d'euros.

De nombreuses occasions manquées

Le secteur de l'énergie a pourtant eu le temps de se préparer au changement puisque la libéralisation du marché a débuté dans les années 1990 et que la décision de la sortie du nucléaire en Allemagne a été prise dès 2000. De plus, les grands électriciens ont réalisé des investissements massifs au cours de la dernière décennie, doublant même leurs dépenses après la crise financière. « Mais au lieu d'utiliser ces ressources pour financer un véritable changement de business model, ils ont fait le contraire, relève Greenpeace. Ils ont surinvesti dans des capacités de productions fossiles, manquant par là même l'occasion de prendre des parts majoritaires dans les renouvelables. » Tant et si bien qu'ils ne produisent que 4 % d'électricité renouvelable, hors hydraulique.

Des surcapacités électriques a ne plus savoir qu'en faire

À l'inverse, alors que la demande européenne d'électricité diminue, les électriciens ont construit 85 GW de capacité fossile sur la dernière décennie et 20 GW sont actuellement encore en construction. Les surcapacités sont telles que les analystes estiment qu'il faudra arrêter 50 GW de leurs centrales fossiles d'ici à 2017 si ces entreprises veulent maintenir leur niveau de profit. Face à ce qu'il faut bien appeler une déconfiture, les électriciens ont jusqu'ici employé les recettes classiques : lobbying antirenouvelable, demande de subventions (via les marchés de capacité), licenciements, etc. Mais Greenpeace estime qu'il n'est pas certain que cela leur assure une viabilité de long terme. « Une réorientation stratégique est inévitable », assure l'association. Elle prend pour contre-modèles de plus petits opérateurs, tels Dong Energy ou EDP Renewables, qui ont bâti des portefeuilles d'actifs plus équilibrés avec une part importante d'énergies renouvelables. « Leurs actifs renouvelables génèrent plus de profit que leurs capacités thermiques. » Pour aider les grandes entreprises à entreprendre leur mue, les gouvernements doivent cesser de leur fournir subventions et autres mécanismes palliatifs, conclut le rapport : « Les gouvernements doivent apprendre à ne plus s'appuyer exclusivement sur une poignée de grands opérateurs alors que des millions d'Européens deviennent des prosommateurs[contraction de producteurs et consommateurs, ndlr]. »

En savoir plus : lire le rapport "Locked in the past, why Europe's big energy companies fear change"

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article