TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Maintenance des réacteurs nucléaires: EDF débordé, s'inquiète le président de l'Autorité de Sureté Nucléaire

PARIS 13/02/2014 - Retards croissants et problèmes de qualité dans les opérations de maintenance de ses réacteurs nucléaires, l'électricien EDF est actuellement débordé par des travaux qu'il a pourtant lui-même décidés, s'est inquiété jeudi le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).


L'enjeu posé par ces opérations de maintenance, réalisées à l'occasion du rechargement en combustible des réacteurs nucléaires, prend une acuité particulière aujourd'hui: en cinq ans, le volume des travaux réalisés pendant les arrêts de tranche a été plus que doublé!, a souligné Pierre-Chevet à l'Assemblée nationale, lors d'une audition devant la commission d'enquête sur la filière nucléaire.

On constate, et EDF aussi, qu'entre la prévision de planning initial d'EDF et celui effectivement réalisé, il y a un écart de plus de 50% en termes de délai, a ajouté le président de l'ASN, interrogé par les députés sur les opérations de maintenance et le recours à la sous-traitance dans le parc nucléaire français.

Il y a donc un problème d'organisation des travaux qui met en cause la qualité de la réalisation, avec un risque potentiel pour la sûreté des installations, a-t-il résumé.

Plus de la moitié des quelque 700 événements significatifs pour la sûreté déclarés par EDF en 2013 sont liés à des problèmes dans la qualité de la maintenance, a insisté M. Chevet.

Selon l'ASN, seul un tiers des écarts de planning constatés est justifié par de bonnes raisons, un problème technique dont on s'aperçoit et qu'on répare. Le reste, ce sont des problèmes de mauvaise planification initiale ou de maintenance paralysée.

Pour l'instant (chez EDF), ils sont débordés par les travaux qu'ils ont eux-mêmes décidés. C'est un vrai sujet, qu'il faut traiter!, a lancé M. Chevet, rappelant que ces travaux allaient encore monter en puissance d'ici trois ou quatre ans.

Le sujet est d'autant plus préoccupant qu'il intervient dans un contexte de renouvellement massif des effectifs de l'opérateur, qui doit remplacer plus de 50% de son personnel dans les années à venir en raison des départs à la retraite.

Ca peut expliquer une partie des difficultés, mais ça veut aussi dire que la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences devient une question stratégique. C'est pourquoi nous avons des discussions très serrées avec EDF sur la question, a dit le président de l'Autorité.

C'est bien à EDF de proposer une organisation qui fasse que les compétences soient transmises, en quantité et en qualité, à la fois à ses sous-traitants et aux nouveaux salariés, de manière à ce que l'opérateur retrouve une pleine maîtrise d'ouvrage de ces travaux en arrêt de tranche, comme la loi l'y oblige, a conclu Pierre-Franck Chevet.

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

Transition Energétique

Au nom de quoi léguer pour des milliers d'années à des centaines de générations des produits toxiques qui n'auront servi au bien être que de deux ou trois générations ?
Voir le profil de Transition Energétique sur le portail Overblog

Commenter cet article